Eglise Catholique - Eglise Anglicane - Ancre

ZoomEglise Catholique "Notre Dame de L'Assomption"
Cet édifice date de la première partie du XIXe siècle et a été surélevé pour le protéger contre d'éventuels raz-de-marée. La façade principale est d'influence hispanique, cas pratiquement unique parmi les édifices religieux des Antilles françaises. L'église se compose d'une seule ouverture cintrée avec un encadrement mouluré. L'arc de cet encadrement à l'origine en briques, porte la date de la reconstruction de l'église : 1842. Elle fut partiellement détruite par un cyclône en 1837. La date de la construction (1822) est quant à elle inscrite sur le claveau. Deux pilastres encadrent la porte. Deux niches à statues en "cul de four" entourées elles aussi de pilastres, sont situés de part et d'autre de l'entrée. Le fronton est souligné par une corniche (partie supérieure de l'édifice), présentant une horloge. Deux pinacles (angles du bâtiment) posées sur des colonnes, décorent la corniche. Les murs sont en pierres bleues de Gustavia. Les ouvertures portent les pierres dites "firestone" de Saint kitts ou Nevis. L'accès à l'édifice se fait par le perron de l'entrée principale en forme d'éventail ou par les marches des entrées latérales. L'intérieur se caractérise par sa sobriété. Le sol est composé d'un dallage, les murs sont en pierres. Une seule nef accueille le maître-autel. La charpente est cachée par un plafond à caisson, en bois voûté unifiant le volume. L'église fut rénovée en 2006. Le clocher se trouve plus haut sur le morne afin de permettre aux cloches de porter le son plus loin et d'éviter de tomber sur des habitations en cas de cyclone.

ZoomEglise Anglicane
La religion Méthodiste est admise dans l'île en 1790 et s'établit de façon durable en 1851, date à laquelle apparaît également les premières pratiques anglicanes. Le première pierre de l'église Anglicane sera posée en 1853 et la construction achevée deux ans plus tard.
Rectangulaire et de petite taille, elle est symétrique par rapport à son grand axe ce qui évite toute prise au vent. Les murs et façades sont en pierres locales, les briques sont importées de France et les pierres d'angles en lave foncée proviennent de St Eustache. Le toit à deux pentes était autrefois recouvert d'essentes. Victime de l'ouragan Luis en 1995, elle fut rénovée grâce à la générosité et au bénévolat d'ouvriers locaux. Le clocher est toujours recouvert d'essentes avec sa toîture galbée et ses ouvertures en jalousie. L'intérieur est sobre, les fenêtres et porte-fenêtres tamisent la lumière. Le dallage actuel est d'origine. A noter son quadrillage en marbre. L'autel est en bois.

ZoomL'ancre
L'ancre, posée sur un socle Place de la Rétrocession est lourde de 10 tonnes de fer, est de fabrication anglaise. Elle fut retrouvée en 1981 lorsqu'un remorqueur s'accroche à elle par hazard. On ne sait si elle a été traînée depuis St Thomas, Charlotte Amalie, cueillie sur le trajet par un porte-containeurs ou, si comme le prétendent certaines recherches, elle proviendrait d'un bateau de guerre américain. Ce navire identifié comme vaisseau armé d'une soixantaine de canons, en service de 1700 à 1825, aurait coupé l'ancre et sa chaîne dans le fond du port, le 4 décembre 1828 afin de lui permettre de dériver hors d'atteinte des assauts d'un navire corsaire brésilien "Le Fédéral".